Arnaud MIZZON

Arnaud MIZZON

Né le 27 novembre 1987 à Lyon, j’obtiens une bac économique et social, puis enchaine
sur un bac +5 en stratégie marketing. Je pars vivre en chine à 24 ans en tant que chef de
projet. Là-bas j’ai le déclic de mon rêve d’enfant que je n’ai jamais oublié : devenir acteur.
J’ai la chance de tomber sur un casting où un directeur de casting cherche deux français.
J’ai la chance d’être pris. Quelques mots dits à l’écran suffisent pour rentrer chez moi à
Shanghai, faire ma valise et rentrer en France. Je prend des cours de théâtre amateur à
25 ans, décroche mon premier rôle dans le film 11.6 avec François Cluzet puis dans les
séries Engrenages, No Limit et Section de recherches.
Je décide d’écrire mes propres histoires après avoir vu la concurrence en casting, au
moins je serais sur d’avoir les rôles que je veux !
J’écris une série sur youtube et suis « repéré » par myTF1 pour écrire une web série.
Je découvre alors mon premier plateau de 30 techniciens en tant que réalisateur. De ce
fait, je produis artistiquement et prend gout à cela.
Après plusieurs commandes de publicités digitales, je réussi à décrocher mon premier
appel d’offre pour une publicité télé. La cliente me demande de trouver un producteur, et je
mens en disant que j’ai ma société.
Elle me croit et du coup je créé ma société de production en 72 Heures.
Je décide d’écrire A TERRE pour traverser la planète avec mon premier film et me donner
l’espoir et le rêve du long métrage. Et donc je le produis pour être sur de le faire et ne pas
attendre l’aide publique grâce aux recettes des publicités télés que j’ai produit ! Logique !
En 2020, on a « franchi » un cap en réalisant et produisant « dernière ligne droite » pour
OCS pré acheté par la chaine qui nous a ouvert les portes de plus de 20 chaines de
télévisions mondiales en diffusion.
Ce court métrage m’a emmené sur un dernier qui se nomme « Le tournesol » que j’ai coréalisé
avec Anais Aidoud avec les acteurs JoeyStarr et Dani.

Alice REBOURG

Alice REBOURG

Après une classe préparatoire hypokhâgne/khâgne spécialité cinéma à Toulouse et une
licence 3 de cinéma à Mexico, j’ai intégré la section réalisation à La Générale. En parallèle
de plusieurs projets de photographie et des clips, j’y ai réalisé mon premier documentaire et
ma première fiction, « Le son du silence » (2021). Ce dernier court-métrage commence son
parcours dans de nombreux festivals et a récemment remporté le prix de la meilleure
actrice au Festival Les Clayes. Mes thèmes de prédilection sont le corps, devenir femme, les
rapports de force dans les relations intimes et au sein de la famille.
L’année de mes 23 ans est consacrée à mon prochain court-métrage « Entre deux eaux ».
J’y travaille en parallèle d’un Master 1 de réalisation et création à Paris 8.

Bertrand BASSET

Bertrand BASSET

Père de jumelles et astigmate, Bertrand Basset voit en double depuis longtemps. Producteur et réalisateur. Auteur et monteur. Il a grandi à Morlaix avant de faire ses études à Rennes où il a participé à la création collective du magazine “Mag d’U” diffusé sur TV Rennes. Il a ensuite rejoint l’équipe de John Paul Lepers pour la création de LaTélélibre, qu’il a coordonné pendant un peu plus d’un an, produisant également 2 séries d’émissions Le point rouge et Sous les Pavés. Il entre ensuite à France 2 à la rédaction du 13H15, d’abord en tant que documentaliste et archiviste pour la chronique Mon Oeil de Michel Mompontet, puis en tant que réalisateur de sujets politiques et portraits d’invités en archives. Après une 20 aines de portraits pour le 20H du dimanche soir, il réalise ensuite des formats longs pour l’émission 13H15. Réinstallé en Bretagne depuis 4 ans, il continue à collaborer avec France 2, a fondé la société de production et de post-production Yellow Shoes Studio, et vient de réaliser le court « J’arrive » lauréat du concours Estran 7.

Clémence ROCAND

Clémence ROCAND

Après l’obtention de son baccalauréat en 2015, Clémence obtient un DUT en communication avant de finalement se rediriger vers ce qui la fait vibrer depuis ses quatre ans : la danse.
Elle obtient en 2020 son Examen d’Aptitude Technique en danse jazz et poursuit ses études afin d’obtenir le diplôme d’État de professeure.
C’est sa rencontre avec Victor Cesca en 2016 qui l’initie au cinéma. Elle découvre alors l’alliage de la danse et du cinéma au travers de comédies musicales telles que Moulin Rouge, West Side Story, Grease ou encore les oeuvres de Jacques Demy. Passionnée par la musique jazz, il lui tient à coeur de transmettre des émotions par le mouvement. L’objectif est simple : donner envie au spectateur de danser.
Avec Chronolovie, elle réalise un de ses rêves : réaliser et chorégraphier un court métrage où palettes de couleurs et d’émotions se succèdent.