Publié le 24/08/2020 – la Nouvelle République

La Nouvelle République

Rêves de Court : le cinéma à l’honneur en Sud-Vendée

Le cinéma est un rêve de gosse qui n’a jamais quitté Étienne Michaud, à l’initiative du Festival Rêves de Court, qui se déroulera du 3 au 6 décembre à Benet. Préparée de main de maître avec son équipe, cette aventure cinématographique, dont l’objectif est de promouvoir de nouveaux scénaristes et réalisateurs, est dédiée aux nouveaux talents du cinéma et ouvert à tous les publics curieux de découvrir films et auteurs prometteurs.

« J’ai été bercé par les comédies de Gérard Oury. Les films de Belmondo me fascinaient et surtout “ la dernière séance , proposée par Eddy Mitchel. Et puis, il y a eu la révélation Hitchcock, tous ces vieux films enregistrés sur cassette vidéo. J’ai découvert une autre facette du cinéma avec Rohmer, Truffaut, Rivette, Sautet pour qui j’ai une grande admiration. Côté américain, Kubrick reste pour moi une référence.
Dévorant les films, je m’amusais à écrire quelques histoires sans jamais oser les montrer. J’ai passé 17 années de ma vie dans une grande mutuelle d’assurance en continuant à rêver cinéma. j’ai alors commencé à lire des livres sur l’écriture cinématographique et j’ai écrit un premier scénario. Encouragé par ma femme, j’ai présenté ce premier projet à des professionnels, au festival international des scénaristes.
Les premiers retours étaient très bons, encourageants. Puis, tout s’est enchaîné. J’ai continué à travailler, à rencontrer des professionnels, à écrire et surtout à lire les scénarios des autres, pour le compte de sociétés de productions ou pour des festivals comme Paris courts devants, qui faisaient appels à des lecteurs.
Formé sur le tas, cela m’a permis de me lancer dans le “ script-doctoring  et des projets plus personnels, d’accompagner des auteurs dans l’écriture de leur film et aujourd’hui, un projet de long-métrage en co écriture, un second plus personnel, et un spectacle multimédia.
Avec mon épouse, nous souhaitions mettre à l’honneur scénaristes et réalisateurs mais surtout, créer un échange privilégié avec le public, notamment les plus jeunes. Benet est une évidence parce que c’est là que je vis depuis 18 ans et que j’aime cette petite commune rurale et dynamique qui a fait le choix d’une politique culturelle active.
Organiser un festival de cinéma dans une commune rurale, c’est une idée qui me plaisait et qui a tout de suite séduit le maire et le conseil municipal qui nous soutiennent. Le public va être amené à voir des courts-métrages, mais aussi et c’est là une gageure, à découvrir des histoires qui ne sont pas encore tournées.
Des scénaristes seront sélectionnés pour raconter (avec l’aide d’un acteur professionnel, N.D.L.R.) leur projet. L’idée est de mettre en avant ce métier, et surtout le scénario, premier pilier d’un film. Benet, c’est aussi le Marais Poitevin et l’occasion de faire découvrir à des professionnels du cinéma, un endroit magnifique propice aux tournages. Une première édition qui en appelle d’autres », conclut Étienne Michaud.